Anne-Marie Losique et Vanessa passent à l'acte...
Spectacles - Télévision
Écrit par Pascale Lévesque
Mardi, 27 avril 2010 17:08
Mise à jour le Mardi, 27 avril 2010 18:07

Le symbole ultime du rêve américain sera sauvé grâce à un don de Monsieur Playboy. Qui l’eût cru? Les sous de Hugh Hefner, qui a fait sa fortune dans l’érotisme, sont venus cette semaine à la rescousse des lettres HOLLYWOOD, menacées de disparaître au profit d’un projet immobilier qui devait s’établir sur la colline californienne.


Que le sexe vienne au secours de l’emblème d’un pays en apparence très conservateur, voire puritain, n’est qu’un des nombreux paradoxes bien de notre temps. Et voilà justement tout le défi qui attend Anne-Marie Losique avec Vanessa, sa nouvelle chaîne de divertissement pour adultes (la première dans le genre en français) qui sera, apprend-on, officiellement lancée le 28 octobre prochain.

«J’ai toujours cru à la télévision pour adultes et le marché, il est là. Mais la notion de honte de voir apparaître ça sur son compte de câble ou de satellite, y est aussi. C’est là que se trouve notre défi», explique l’animatrice et productrice. Parce que si une majorité de Québécois aime voir et parler foufounes en privé, c’est autre chose que de l’assumer au point de s’abonner à une chaîne qui va vous coûter près de 15 dollars par mois.

«Au même titre qu’on fait de la télévision pour les enfants, je crois aussi aux adultes intéressés à regarder une chaîne faite pour eux. Vanessa, c’est une télé amusante, sexy et branchée. Elle s’adresse en grande partie aux couples. Il y aura une case plus hard, mais elle sera clairement identifiée», précise Anne-Marie Losique, qui a pris le soin de sonder les intérêts du public d’ici.
«Ce qui ressort, c’est qu’on n'aime pas le divertissement pour le divertissement, on aime avoir le sentiment d’apprendre quelque chose», fait-elle voir, en citant Culture du X , une série documentaire diffusée à Canal D qui expliquait les dessous de l’industrie du sexe, revenue à plusieurs reprises comme exemple de produit aimé des gens.

Vanessa, qu’on peut comparer à Playboy Channel, se veut donc une antenne au contenu adulte et non pas strictement la plate-forme du sexe à la télé. Seulement une partie (à peu près 10 %) de son menu sera d’ordre pornographique dans le style pur et dur.

Cuisine et météo sexy

La licence accordée à Vanessa permettra à la chaîne d’aller dans tous les styles et formes d’émissions. La programmation comptera aussi bien des téléréalités que des fictions, du documentaire et de la variété. Même une émission de cuisine et des capsules météo sexy seraient au programme!

Anne-Marie Losique, qui n’a pas l’intention de s’afficher mur à mur comme vedette du poste, se réserve néanmoins une petite place à la barre d’un talk-show. «Je ne sais pas encore quelle forme ça aura ni si ce sera quotidien ou hebdomadaire», ajoute-t-elle.

En fait, Vanessa et son créneau semblent arriver au bon moment dans un contexte où la télévision a tendance à se faire de plus en plus conservatrice. Des artisans, beaucoup de réalisateurs apparemment, ont été nombreux à approcher AML pour des projets. Notamment en fiction. «Quand on dit adulte, c’est aussi dans le propos», précise-t-elle.

La bonne nouvelle, c’est que l’étude de marché faite en parallèle du lancement de Vanessa par la femme d’affaires et ses partenaires démontre que les téléspectateurs québécois aiment la saveur locale.

«C’est ce trait unique qui nous permettra d’intéresser le marché étranger et d’y vendre aussi notre antenne», fait valoir Anne-Marie dont l’intention est que Vanessa propose une majorité de projets originaux québécois. Le défi s’avérera un peu plus complexe et différent pour la jumelle anglophone de la chaîne, lancée un an plus tard au Canada.

«La fibre canadienne est moins forte et qui dit marché anglophone dit aussi concurrence avec les États-Unis», souligne-t-elle.

Anne-Marie Losique souhaite que Vanessa se démarque sur tous les points dans l’univers télé. D’emblée, la plate-forme internet sera omniprésente. Et bien plus…

«Avec Vanessa, c’est aussi une image de marque qu’on développe. Il est question de produits liés à cette marque, comme des chandelles, des huiles, des dessous et d’autres objets… sexy. Et un livre, à paraître au même moment que le lancement de la chaîne, aux images très érotiques sur lequel on travaille depuis deux ans», nous apprend la femme d’affaires, insistant toujours sur l’importance de ce marché sous-exploité ici.

«En France, il n’est plus question de Sex Shop, mais de Love Shop», dit-elle pour bien illustrer le créneau de Vanessa.

Qui sait, à l’instar de Hugh Hefner qui a sauvé les lettres HOLLYWOOD, eh bien!, peut-être qu’un jour les profits engrangés par l’érotisme et le sexe permettront à Anne-Marie Losique de mettre sa fortune à contribution pour financer un de nos symboles nationaux. Remplir les nids-de-poule, tiens? «Oui, avec du silicone!», lance-t-elle.

Vanessa sera lancée officiellement le jeudi 28 octobre 2010. Vanessa anglophone naîtra un an plus tard.

Un détour ici pour tout savoir sur Anne-Marie Losique, les productions IDI, et leurs nombreux projets télévisuels.

Source: http://ruefrontenac.com/spectacles/t...osique-vanessa